impression

Italie 2019 - Journal de bord

mercredi 5 juin 2019


54 latinistes, élèves de 4è et 3è sont partis en Italie avec les 4 professeurs suivants : Mme Iste-Mérat, Mme Laventure, M. Maillet désigné sous le nom de Philippus Apicus et accompagné de Paindépix, devenu la mascotte du groupe et M. Récoché.

Nos 54 latinistes

1ère journée : samedi 16/03/2019

Excitation des latinistes quelques heures avant le départ. Nous voilà partis pour un long voyage d’une durée de 22h00. A mesure que nous avalons les kilomètres, les heures filent. A la nuit tombée, sur une aire d’autoroute en Suisse, nous faisons une halte pour le repas du soir. Nous savons que le plus dur est devant nous : la nuit dans le car.
Nous franchissons la frontière italienne vers 22h00. Difficile de trouver la bonne position pour dormir. Enfin les derniers kilomètres et la pause pour le petit déjeuner pris dans la fraîcheur du lever du jour. Après une toilette de chat, nous nous dirigeons vers le FORUM et le PALATIN.

Accueil au Palatin

2è journée : dimanche 17/03/2019

Après la nuit en bus, nous nous sommes arrêtés vers 6h00 pour déjeuner sur une aire de repos. Puis le groupe a été déposé à 9h00 dans le centre-ville de Rome, c’est alors que nous avons rencontré notre guide Lionel qui nous accompagnera tout au long de ce séjour. Suite à cette rencontre, nous avons pris le métro pour nous diriger dans la ville Antique afin de découvrir le Forum, qui est le poumon de la Rome antique et le Palatin avec ses restes de palais et ses cabanes dites de Romulus. C’est par une matinée ensoleillée que nous avons découvert le Forum romain.

Forum romain

Pendant la pause méridienne, nous prenons notre repas au restaurant MISCELE E FUOCO à Rome. En entrée, nous avons eu droit à d’excellentes pâtes bolognaises italiennes, suivies de frites accompagnées d’une escalope panée puis pour finir, en dessert, une délicieuse Panna Cotta !

Colisée

Après avoir mangé au restaurant, nous avons marché en direction du Colisée. Lionel, notre guide, nous a donné des explications sur la construction et l’architecture du plus grand amphithéâtre du monde romain, ainsi que sur les combats des gladiateurs. Ensuite nous nous sommes dirigés vers la file d’attente pour visiter l’intérieur du Colisée. Nous avons attendu 1h avant de nous faire contrôler. Les agents de sécurité nous ont « gentiment » dit de partir, car nous n’avons pas été assez souples à leurs yeux. Nous sommes très déçus et Mme Laventure plus encore. Mais nous préférons partir la tête haute, l’honneur sauf, plutôt que de nous abaisser à les supplier !

Reproduction de la Louve Capitoline

D’autres découvertes nous attendent. Nous repartons à pied en direction du CAPITOLE empruntant la large artère qui longe les FORUMS impériaux. C’est une promenade agréable, car nous voyons de nombreuses personnes qui animent les rues comme des personnes invisibles, qui jouent d’un instrument ( violon, guitare) et qui font des bulles pour les enfants.

Colonne Trajane

Nous découvrons enfin la Colonne TRAJANE, chef-d’oeuvre d’Apollodore de Damas, bas-reliefs qui sont une mine d’informations pour les historiens sur la guerre de Dacie remportée par Trajan au II è s après J.C. Enfin le CAPITOLE où nous arrivons épuisés. Nous admirons la magnifique place Renaissance dessinée par Michel-Ange. Ensuite, nous sommes allés manger une glace et nous nous rendons au Circus Maximus. Puis, nous avons repris la route pour la première nuit à l’hôtel Sud America où nous nous abandonnons volontiers dans les bras de Morphée.

Circus Maximus

3è journée : lundi 18/03/2019

Après une nuit réparatrice, direction la CAMPANIE, région de Naples où l’éruption du VESUVE en 79 ap JC a laissé une empreinte indélébile.

Cumes

Nous allons d’abord dans un lieu entouré de mystères, une grotte où des personnages imaginaires ou réels rendaient des oracles, comme la Pythie à Delphes. Cette grotte située dans l’ancienne cité grecque de Cumes nous marque d’autant plus qu’au-dessus s’offre devant nous un panorama magnifique, une vue plongeante sur la Méditerranée dont l’eau bleue scintille sous les rayons du soleil.

Méditerranée vue de Cumes

Nous quittons ces lieux mystérieux pour nous rendre à POUZZOLES où se trouve l’un des plus grands amphithéâtres romains après le Colisée. Là sous la direction du guide Lionel, deux élèves simulent un combat de gladiateurs, enfin presque... L’un a un genou à terre, l’autre a la vie de son adversaire entre ses mains. Le laissera-t-il en vie ? Nous savons que ce qui est aujourd’hui une plaisanterie ne l’était pas à l’époque des gladiateurs ! Le guide attire notre attention sur l’existence de trappes au-dessus de souterrains où attendaient hommes et bêtes avant de combattre.

Amphithéâtre de Pouzzoles

Les coulisses

L’esprit rempli de toutes ces images, nous nous dirigeons vers un restaurant où un accueil chaleureux est réservé à notre groupe qui représente un nombre de clients non négligeable. Il faut se sustenter avant de découvrir l’un des musées archéologiques les plus connus, celui de Naples.

Hercule de Farnèse

C’est une véritable immersion dans la civilisation romaine, dans sa vie artistique et culturelle. On aurait vite eu le tournis si Lionel n’avait pas sélectionné quelques oeuvres suscitant notre intérêt pour chacune par ses commentaires passionnants et très clairs. Ainsi l’Hercule Farnèse, loin d’être l’athlète fougueux prêt à en découdre avec le monstre Némée, est un héros blasé et épuisé par les épreuves qui n’aspire qu’au repos !

Fruits du jardin des Hespérides

A la fin de l’après-midi, nous remontons dans le car, heureux de cette journée encore si enrichissante et impatients de découvrir notre nouvel hôtel dans la région de Naples.

4è journée : mardi 19/03/2019

Nous n’avons pas été déçus par l’hôtel Irène, un dédale de chambres qui fait penser au labyrinthe du Minotaure. Mais nul besoin d’un fil d’Ariane, car contrairement au labyrinthe de la légende, nul danger pour nos vies, même si on se trompe de direction !

Vésuve

Le réveil est matinal, car on a une journée bien remplie : au programme, HERCULANUM le matin et PAESTUM l’après-midi. Nous sommes tout émoustillés, impatients de découvrir la ville d’Hercule et les temples grecs de Paestum. Paindépix court dans tous les sens, toujours aussi content de nous accompagner !

Herculanum

A notre arrivée à Herculanum, une chose nous frappe d’emblée : l’épaisseur de la couche de boue qui s’est abattue sur la ville en 79 ap J.C, 12 à 20 mètres de matériaux volcaniques qui ont tout recouvert : forum, thermes, maisons et commerces. Rien n’a été épargné.

Contrebas

Nous allons visiter en contrebas la partie dégagée, soit un quart de la cité. En découvrant certaines domus, les maisons des riches particuliers, nous ne sommes pas étonnés qu’ Herculanum fût un lieu de vacances très prisé de l’aristocratie romaine. Celle-ci venait volontiers se reposer des tracas de Rome dans une de ses résidences secondaires, aussi luxueuse que confortable, comme la maison de Neptune et d’Amphitrite. Impossible d’oublier sa célèbre mosaïque de pâte de verre polychrome dans le triclinium d’été qui représente le dieu de la mer et son épouse. L’oeuvre réalisée est intacte. Elle a pu résister à l’épreuve du temps et à l’éruption du Vésuve qui paradoxalement l’a même conservée. Nous continuons à explorer les rues avec leurs commerces où sont stockées encore aujourd’hui des amphores qui renfermaient des denrées alimentaires solides ou liquides. Le guide, avec ses explications, fait revivre, sous nos yeux, des scènes de la vie quotidienne que nous nous représentons d’autant plus facilement que nous voyons les choses in situ.

Neptune et Amphitrite

Mais à notre émerveillement devant les beautés de la ville succède vite le désenchantement à la vue des squelettes gisant sous des arcades qui servaient sans doute à abriter des bateaux et où s’est arrêtée la vie de beaucoup !

Temple d'Athéna

Troublés par ces dernières images, nous remontons dans le car, sachant que nous pourrons nous reposer un peu avant de visiter le site de Paestum qui sera une immersion dans la culture et la civilisation grecques.

La Piscine

Une fois sur place, avant de goûter aux nourritures de l’esprit, nous n’avons qu’une hâte, celle de nous restaurer. On nous offre généreusement l’hospitalité sur la terrasse d’un café qui se transforme, à notre arrivée en une ruche bruyante, mettant vite fin à la tranquillité du lieu. La terrasse retentit des rires et des conversations des uns et des autres. Le soleil est au rendez-vous ! Avec cette lumière, nous sommes plus joyeux encore.

Temple de Neptune ou second Temple d'Héra

Après cette pause qui nous a requinqués, nous sommes prêts à découvrir le site exceptionnel de PAESTUM avec ses trois temples magnifiques dont l’un, construit peu de temps avant le Parthénon est dans un meilleur état de conservation que celui d’Athènes. C’est tout au long de la visite un voyage dans la Grèce du Vè s et du VI è s avant J.C. Les explications de Lionel nous aident à percevoir les caractéristiques de chaque temple dont les différences ne sautent pas aux yeux pour des profanes comme nous. Paindépix, lui, a droit encore à sa séance de photo près de l’hérôon, la tombe attribuée au héros-fondateur de la cité. C’est tout juste s’il ne se prend pas pour le fondateur de la cité en personne ! A l’intérieur de l’hérôon, on a retrouvé des vases en bronze avec du miel fossilisé, exposés au musée où nous ne tardons pas à aller. C’est intéressant pour Philippus Apicus, notre apiculteur !

Hérôon

Au musée, nous voyons des oeuvres artistiques variées : sculptures, céramiques et peintures. Chacun prend sa moisson de photos : l’héroïne, c’est Héra dont les statues sont nombreuses parce qu’elle était fêtée tous les ans, incarnant la fertilité et la prospérité. Paindépix a droit à plusieurs photos près des hydries de bronze qui contiennent du miel fossilisé, parce que son photographe est un passionné d’apiculture et lui-même en consomme à l’excès par goût et pour l’énerrgie qu’elle lui donne. Nous terminons par une oeuvre majeure : la tombe du plongeur, un exemple unique de peinture grecque funéraire du Vè s avant J.C.

Tombe du Plongeur

Après quelques emplettes dans la rue principale, nous regagnons le car, éblouis par cette journée si riche sur le plan culturel. Le retour à l’hôtel se fait dans une atmosphère joyeuse.

5è journée : mercredi 20/03/2019

Nous quittons cet hôtel pour retourner dans le premier, celui qui se situe à Fiuggi près de Rome. C’est le branle-bas de combat : il faut vite refaire les valises et surtout veiller à ne rien oublier dans les chambres. Ouf ! Nous voilà dans le car ! Nous pourrons un peu souffler le temps du trajet jusqu’à la villa Oplontis, située près de Pompéi.

Villa Oplontis

Quel trésor, cette villa ! Poppée, la femme de Néron, l’aurait habitée. Elle devait y venir pour échapper à son fou de mari. Ce n’est pas une simple villa, mais un palais gigantesque dont nous devinons le luxe et le confort, à travers ses nombreuses et magnifiques fresques. Les pièces déjà spacieuses paraissent plus grandes encore, avec l’utilisation du trompe-l’oeil. Les jardins imaginaires peints donnaient à Poppée et à ses invités l’illusion d’être dehors en permanence, au milieu des plantes, dans un cadre idyllique. D’ailleurs Paindépix est sur ses gardes, il espère débusquer un animal caché, quelque part dans l’un des ces jardins qu’il croit réels. Mais son espoir est déçu. Aucune manifestation de vie, pas même le bourdonnement agaçant d’une abeille !

Apis

A la fin de la visite, nous sommes tous sous le charme et impressionnés par la beauté des lieux. Qui a dit :"Ils sont fous, ces Romains !" Sans doute des Gaulois jaloux. Loin de dire qu’ils sont fous, nous, les latinistes de Dormans trouvons au contraire qu’ils étaient drôlement forts, les Romains pour être capables de construire des villas comme celle d’Oplontis. Nous disons merci au Vésuve qui, en l’ayant engloutie, l’a sauvée de l’oubli !!

Nous remontons dans le car, n’ayant plus qu’une idée en tête : calmer notre faim ! Espérons que le trajet jusqu’à Pompéi ne sera pas trop long, car nous avons vraiment "l’estomac dans les talons". Le pique-nique est prévu aux abords de la célèbre cité disparue. Paindépix aboie après les oranges qui constituent notre dessert et qu’il prend pour des balles. Son maître Philippus Apicus le prend dans ses bras pour lui fermer "la bouche".

Vésuve vu depuis Pompéi

Une fois rassasiés, nous sommes de nouveau disposés à découvrir un des sites les plus visités au monde : Pompéi qui a été rayée de la carte, à la suite de l’éruption du Vésuve et qui est loin d’avoir livré tous ses secrets tant il reste de trésors à exhumer. C’est une cité moyenne, mais plus grande qu’Herculanum où les riches Romains venaient aussi en villégiature dans des villas tout aussi confortables que celles d’Herculanum, mais le plus souvent plus grandes.

Amphithéâtre de Pompéi

Nous commençons par découvrir l’amphithéâtre, un des plus anciens du monde romain qui ne comporte pas de souterrains, contrairement à celui de Pouzzoles et au Colisée. Environ 15000 personnes pouvaient assister aux combats de gladiateurs, soit la totalité des habitants de la ville. Nous empruntons ensuite les rues en fonction de ce que Lionel a prévu de nous faire découvrir : ici des inscriptions officielles peintes en rouge sur un mur qui annoncent des élections à venir, là des passages-piétons qui permettaient aux habitants de traverser sans se salir les pieds. Ils étaient bien pratiques à l’époque, mais Paindépix qui ne comprend pas l’utilité de l’espace entre les blocs de pierre en profite pour penser et se répéter la célèbre formule : "Ils sont fous, ces Romains ! A cause d’eux, je risque de me casser une patte !" Mais il oublie vite ses contrariétés, dès que son maître lui demande de poser pour le prendre en photo ! Il faut le voir faire le fier devant des moulages de l’archéologue italien Fiorelli qu’il prend pour des sculptures de marbre et plus tard dans le théâtre où les Romains jouaient surtout des comédies, il courait dans tous les sens, dans les gradins.

Odéon

Peu de temps après, le voilà dans l’Odéon, petit théâtre pour les concerts de musique à l’acoustique exceptionnelle. Tout content de s’installer juste à l’endroit où se mettait le chanteur dans l’Antiquité pour être entendu de tous sans forcer la voix, il joue encore à la vedette, donne de la voix, heureux d’entendre l’écho de ses aboiements. Mais pour nous quel supplice ! Heureusement que c’est la fin de la jour née, car si lui est tout excité, nous, nous ne demandons qu’à rentrer à l’hôtel pour nous reposer ! Nous savons que nous allons retourner à Fiuggi dans l’hôtel où nous avons passé notre première nuit. Celle-ci sera notre dernière en Italie !

6è journée : jeudi 21/03/2019

Malgré un réveil très matinal, tout le monde saute de son lit pour prendre un bon petit-déjeuner. Les valises faites, le bus vient nous chercher pour une heure et demie de trajet jusqu’aux portes du Vatican.

Basilique Saint-Pierre

Dès notre arrivée, nous sommes impressionnés par la beauté et les dimensions de la Basilique Saint-Pierre, mais à cause des contrôles, il va falloir patienter avant d’entrer à l’intérieur. C’est un mal pour un bien, car les trente minutes d’attente nous ont permis d’admirer la place Saint-Pierre.

Intérieur de la Basilique

Après un contrôle de sécurité digne d’un aéroport, la Basilique s’ouvre à nous. A l’intérieur, tout est gigantesque et grandiose si bien que l’on a l’impression de rapetisser. Les explications du guide nous apportent un éclairage intéressant sur plusieurs sculptures et peintures, en particulier sur la Piéta de Michel-Ange et sur le Baldaquin conçu par Le Bernin. Le Baroque, période à laquelle se rattache la Basilique est une débauche de couleurs et de mouvements. On en a plein les yeux. On en ressort éblouis !

Place Navone

Après la visite, nous faisons la pause-déjeuner dans un petit parc non loin du château Saint-Ange. Nous nous rendons sur la magnifique Place Navone où se trouve la célèbre fontaine des 4 fleuves du Bernin que nous avons pu admirer tout en dégustant notre glace à laquelle tout le groupe a eu droit.

Panthéon

Vers 14h30 , après une longue marche, le Panthéon nous apparaît dans toute sa majesté. Devenu aujourd’hui une église, il domine la place de sa coupole de 43,30 m de diamètre. Nous pénétrons à l’intérieur : tout est resté intact, malgré les siècles écoulés.

Saint Ignace

Après la visite du Panthéon, c’est au tour de l’église Saint Ignace de susciter notre admiration. Cette église imposante et entourée de constructions élégantes, est, par son exubérance, un parfait exemple de l’art baroque qui est aussi l’art de la tromperie. Voyez-vous la coupole sur l’image de droite ? Vos yeux croient qu’il s’agit d’une vraie coupole, en réalité, elle est peinte, comme tout ce que est représenté sur le plafond. C’est la technique du trompe-l’oeil qui est utilisée ici avec autant de maestria que dans la villa Oplontis. Bravo l’artiste et tous ceux qui l’ont aidé !

Fontaine de Trevi

Pour finir, encore une très belle oeuvre du Bernin, la Fontaine de Trevi avec ses belles divinités et ses beaux chevaux qui jaillissent de l’eau, lieu toujours bondé comme un apple store un jour de sortie du nouvel Iphone, mais où l’on parvient, malgré tout, à se faire une place en jouant des coudes pour faire un voeu en jetant une pièce, comme le veut la coutume.

Enfin notre quartier libre, nous voilà lâchés, dans ce célèbre quartier, deux bonnes heures. Nous partons en groupe, espérant chacun trouver notre bonheur ou celui de nos parents, des spécialités ou des objets typiques qui nous rappelleront notre voyage.

Souvenirs de Campanie

Le quartier libre fini, nous devons encore marcher un bon moment avant de nous rendre dans un restaurant au décor pittoresque pour notre dernier repas à Rome. Nous avons bien mangé et raisonnablement. Nul excès de nourriture, ni de boisson. Rien à voir avec un banquet romain de l’Antiquité qui tournait parfois à l’orgie ! Et d’ailleurs Paindépix nous avait à l’oeil durant tout le repas, aboyant après tous ceux d’entre nous qui commençaient à s’agiter un peu trop !!

Nous reprenons le bus vers 21h00. Nous remercions chaleureusement Lionel notre guide qui nous quitte avant le départ et nous voilà repartis pour rentrer chez nous en France.

7è journée : vendredi 22/03/2019

Comme nous avons beaucoup marché à Rome, le dernier jour, nous étions épuisés. Du coup la seconde nuit dans le car passe plus vite que la première. Une fois le petit déjeuner pris après une toilette rapide dans une cafétéria suisse, chacun a de quoi s’occuper.

Alpes suisses

Finalement le temps file et nous sommes bientôt en France. Encore un dernier repas, cette fois-ci, au Burger King. Nous nous égaillons sur la terrasse que nous remplissons à nous seuls. Nous avons du mal à réaliser que le séjour se termine. Ce sont les derniers kilomètres : Mme Laventure remercie le professeurs accompagnateurs pour leur investissement et nous félicite pour notre conduite durant tout le séjour. Comme elle a oublié de féliciter Paindépix qui attendait des compliments, il est retourné auprès de son maître Phillipus Apicus en poussant des petits couinements plaintifs, ayant l’air de dire que ce sera son dernier voyage chez les Romains, puisque ses mérites ne sont pas reconnus ! Mais nous, nous ne sommes pas près d’oublier ce très beau voyage !

Textes rédigés par les latinistes de 3è et Mme Laventure. Photos prises par Mme Iste-Mérat, M. Maillet et M. Récoché.